Vivarte incapable de payer ses dettes

Mis à jour : 30 août 2019


Analyse

Le groupe Vivarte, qui possède notamment les magasins La Halle, annonce vendredi 12 juillet qu’il ne pourra pas honorer une échéance de 100 millions d’euros en octobre. Si la direction met en cause l’impact du mouvement des gilets jaunes sur son activité, la crise que traverse Vivarte est plus profonde.

Mathieu Castagnet, le 12/07/2019 à 14:43 Modifié le 12/07/2019 à 19:29

Vivarte ne pourra pas payer sa dette. Le patron du groupe de chaussures et d’habillement a annoncé vendredi 12 juillet dans un entretien aux Échos qu’il ne sera pas en mesure « d’honorer l’échéance d’octobre » qui aurait dû le conduire à rembourser 100 millions à ses créanciers.

Pour expliquer sa mauvaise passe, le président de Vivarte, Patrick Puy, met en cause l’impact du mouvement des gilets jaunes sur le commerce. Pour son groupe, assure-t-il, les samedis de blocages et de manifestations ont conduit à la perte de « 30 millions de chiffre d’affaires et 15 millions de marges ».

De plus, ces turbulences auraient également contrarié la vente prévue de Minelli, une des filiales dont Vivarte entend se séparer. Tout cela aura pesé sur les comptes, empêchant le groupe de faire rentrer assez d’argent pour payer sa prochaine échéance financière.

Les créanciers aux commandes

L’impossibilité de rembourser la dette devrait conduire les fonds qui détiennent les créances à prendre le contrôle du groupe. Ils « deviendront actionnaires et l’entreprise n’aura plus de dette », assure le patron. Et sans dette, « Vivarte pourra investir davantage dans son développement ».

La dette pèse en fait depuis des années comme un fardeau sur le groupe. Après plusieurs rachats par des fonds, l’endettement avait un temps culminé à près de 1,5 milliard d’euros, avant de redescendre au fil des plans de refinancement et des abandons de dettes.



#aide #dons

10 vues